EN FORMATION

Depuis ce samedi 1er octobre 2022 je suis en formation d’art-thérapie.

Il y aura toutefois des spectacles et des ateliers, dates et lieux vous seront indiqués dès que l’agenda de la formation se dessinera avec plus de précision.

Au plaisir de vous revoir… très bientôt j’espère !

ATELIER D’EXPRESSION DANSÉE

Samedi 25 juin 2022 – dès 16 ans
M.J.C. Croix-Daurade – 141 chemin Nicol – 31200 Toulouse

Pour que vous dansiez, même sans expérience !
L’importance est d’avoir envie de danser…

Henri Matisse
Henri Matisse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONTES À VOIR ET À ÉCOUTER

 

Sorties de ma valise de conteuse  des histoires pour enfants de tous les âges – de 0 à 3 ans, de 3 à 6 ans, de 6 à 12 ans.
Récits en gestes ou en mots… et pourquoi pas les deux !?

Le 12 mars 2022 à la M.J.C. Jacques Prévert – Toulouse (31)
Les 17 et 18 mars 2022 au groupe scolaire Cantelauze – Fonsorbes (31)
Quelle joie de repartir sur les routes du conte pour tous publics,
d’où cette annonce pleine d’enthousiasme !

ATELIERS EXPRESSION DANSÉE

SAMEDI 25 JUIN 2022

De 15h30 à 17h30 – M.J.C. Croix-Daurade . 141 chemin Nicol
les samedis 15 janvier, 19 février, 12 mars, 2 avril et 14 mai.

RENSEIGNEMENTS   :  06 19 13 53 06

Jean-François Brunel

Ces ateliers sont indépendantes les uns des autres.

Effets des ateliers :
• meilleure connaissance de son corps au présent
• meilleur équilibre
• développement de l’estime de soi
• découverte, ou re-découverte, de la créativité de chacun

Déroulement :
un temps pour souffler, écouter notre corps (qui a beaucoup à dire !)
• un temps d’échauffement tout en douceur et bienveillance
propositions d’enchaînements de pas, quelques mouvements que vous ferez vôtres.
• Improvisation sur des thèmes donnés
• retour au calme

J’espère avoir le plaisir de vous voir !

Tour du monde

ATELIER & SPECTACLE

 

Alem Alquier

M.J.C Croix-Daurade – 141 chemin Nicol – 31200 Toulouse

25, 26, 27 et 29 octobre 2021

Les enfants du Centre de Loisirs  créeront et retraceront les légendes des fantômes z’et esprits de la M.J.C. après avoir fait un tour du monde de la fête des disparus, plus gaie partout ailleurs qu’en France.

Hé Hé ! On va bien s’amuser.
Vous nous rejoignez le 31 ?

 

 

 

 


Les ateliers d’expression gestuelle sont arrivés !

Henri Matisse
Henri Matisse

Premier essai, sur Zoom, le 18 mai prochain à 19h45.
Inscription sur : contact(a)arbrediregeste.com

 

 


Merci de votre patience. Tous les projets sont en suspens.
Quel suspense !

Mais soyez assurés que je prépare en vue du mois de mai. Nous nous retrouverons, avec le sourire.

 


LES CLÉS DANS LA NEIGE
écrit par Laura Campagnet

spectacle D’HIVER
À VOIR DÈS 4 ANS
EN FAMILLE OU PAR TRANCHES D’ÂGES
CRÉATION 2020

 

Alem Alquier
Alem Alquier

L’hiver est là, froid et dur comme jamais. Du sol au sommet des arbres, la forêt est blanche de neige.
Renarde a entraîné Nettie chez Sorcière et Ogre. Malgré leurs noms à faire peur ils sont gentils, généreux et surveillent de près leurs deux invitées.
Renarde et Nettie parcourent les bois chaque jour, ne pas le faire serait comme arrêter de respirer.
Pour échapper, une journée, juste une journée, à la surveillance de Sorcière et Ogre elles les enferment dans la maison pour profiter de la nature,
ENFIN LIBRES !

Durée : de 35 minutes à 1 heure
Jauge : de 15 à 100 personnes


 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

ATELIERS D’EXPRESSION GESTUELLE

Eh bien voilà qui se fait !
Les ateliers de « danse » se mettent en place.

En partenariat avec L’ARBRE DU DIRE ET DU GESTE, et grâce au partenariat avec la M.J.C. Croix-Daurade (Toulouse), les premiers pas  de préparation ont pu se faire dans de très bonnes conditions (mots rarement entendues depuis plus d’un an).

Vous allez pouvoir vous exprimer avec votre corps autant que l’envie, le besoin, résonnent en vous.

La situation sanitaire imposant des restrictions de contact, le premier atelier -essai gratuit- se fera sur Zoom le mardi 18 mai prochain de 19h45 à 21h maximum.
Pour vous inscrire, merci d’ écrire à : contact(a)arbrediregeste.com

Je ne sais comment vous dire ma joie pour cette nouvelle pousse. Ce chemin longtemps éloigné de moi, alors qu’il fait profondément partie de ma vie,  m’est revenu en plein cœur il y a quelques années.

Dansons ensemble, en sourire et simplicité !

 

BIEN-ÊTRE ou PLAISIR ou BONHEUR ?

Dans quelques jours, ici, des propositions, tentantes j’espère !

Mais, à l’ère du développement personnel, revenons sur quelques définitions de ce cher Larousse (dictionnaire) et de vues philosophiques abordables par tous.

BIEN-ÊTRE :
État agréable résultant de la satisfaction des besoins du corps et du calme de l’esprit.
 Le bien-être est un état lié à différents facteurs considérés de façon séparée ou conjointe : la santé, la réussite sociale ou économique, le plaisir, la réalisation de soi, l’harmonie avec soi-même et avec les autres.
 À la différence du plaisir ou du bonheur, le bien-être n’a aucune définition concrète et ne peut être évalué que de manière subjective […] Définition de Wikipédia, philosophie

PLAISIR :
État de contentement que crée chez quelqu’un la satisfaction
d’une tendance, d’un besoin, d’un désir.
Définition du Larousse en ligne
  Le plaisir est une sensation agréable recherchée et de courte durée.
Définition de Wikipédia, philosophie Extrait

BONHEUR :
État de complète satisfaction. Une des définitions du Larousse en ligne 
 Le bonheur est un état ressenti comme agréable, équilibré et durable par quiconque estime être parvenu à la satisfaction de ses aspirations et désirs et éprouve alors un sentiment de plénitude et de sérénité. Définition Wikipédia – Extrait

MÉDITATIONS ou LE CORPS DANS L’OUVRAGE ET L’ESPRIT TRANQUILLE

https://www.maplantemonbonheur.fr/les-mains-dans-la-terre-et-lesprit-tranquille

Nous cherchons quasiment tous à calmer nos esprits agités.
Aujourd’hui la science nous apprend que nos cerveaux ne peuvent cesser de fonctionner et de fabriquer des pensées. Bonne nouvelle, nous n’y sommes pour rien !

 

Le piège serait de laisser ledit esprit s’emballer dans des idées polluantes pour nous.

Nombre de thérapeutes, et acteurs du développement personnel, prônent les bienfaits de la méditation. C’est une bonne direction… à plusieurs chemins.

Qu’en était-il de la méditation dans les pratiques européennes laïques par le passé ?
Comment nos ancêtres -sans remonter jusqu’aux gaulois- se vidaient-ils la tête, ? Comment se rendaient-ils la vie plus douce ? Parce que la vie n’était pas moins dure dans ce pays que nous nommons AUTREFOIS, QUAND J’ÉTAIS JEUNE, DU TEMPS DE MES GRANDS-PARENTS.

Vous préparez un repas, vous bricolez votre mécanique auto ou moto, vous confectionnez une carte de vœux, vous soignez vos plantes…
Eh bien vous méditez sans en avoir l’air ! Et peut-être même sans le savoir. Car, alors que vous vous activez, votre cerveau se concentre sur votre ouvrage. Puis, dans des gestes très connus, il va battre la campagne, en des contrées parfois inconnues de vous, et c’est tant mieux, il se repose dans l’évasion.
Vous pratiquez ce qui se nomme aujourd’hui pleine conscience, méditation et évasion mentale (rien à voir avec la fiscale).
Précaution d’usage de la pleine conscience : ne pas en abuser, comme pour tout, cela pourrait vous mener à un certain enfermement sur vous-même, assez inconfortable, et fatiguer votre cerveau.

Ceci n’engage que moi, auteur de cet article, et mon expérience.
M’asseoir pour vider mon esprit de mes angoisses… ÇA M’ANGOISSE !!!
Tricoter, bricoler une lampe, faire de la pâte à modeler comme un enfant, danser… ÇA ME DÉTEND !
Mon rythme cardiaque ralentit, dans la mesure du raisonnable, ma respiration se fait à la fois plus profonde et plus légère, mon cerveau se lave comme un ciel après la pluie.
Donc, vivons, bricolons, jardinons, tricotons, etc. nous n’en serons que plus libres et mieux dans notre vie

 

Du geste naturel à la danse

OIE DANSANTE – ART INUIT

En ces temps nouveaux qui nous limitent dans nos échanges physiques – plus d’embrassade, de poignée de main, de geste de sollicitude – ne perdons pas notre corps, donnons lui la place qu’il mérite. Grâce à lui nous percevons la vie, le monde, la nature, la ville… Grâce à notre corps nous avons des sens qui donnent du sens à notre vie.

DANSER… une destinée ? une peur ? un rêve ?

Si c’est un rêve gardons-le à l’esprit, il est réalisable pour chacun d’entre nous.
IMPOSSIBLE ? Que nenni ! Debout, assis, allongé tout mouvement est une danse dès qu’il exprime ou révèle un sentiment.

La danse DIT là où les mots s’absentent. La danse est énergie, revigorante ou apaisante.
Bref, elle fait du bien !

Selon notre âge nous préférerons notre danse douce, lente, rapide, mordante, sauvage…
Elle peut également nous surprendre, sembler ne rien dire tout en nous saisissant… et nous nous envolons !

 

 

 

 

Conte à la maison

CONTE À LA MAISON… Bienvenue chez vous !

 

Toutes les saisons se prêtent aux spectacles chez vous. Les contes, histoires, historiettes, balivernes de mots, domptages de mains sont sur leur 31, impatients de recevoir vos invitations.

 

Laura vide son sac à aventures chez vous ! À bientôt !

 

 


 

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Occident – Orient

     

 

 

 

Une petite anecdote contée par Maurice Béjart lui-même dans… J’avoue ne pas me souvenir dans quel document que l’ai lue. Peut-être dans son livre « Un instant dans la vie d’autrui » !?

Maurice Béjart ne pouvait faire de la danse une simple et belle œuvre plastique avec les corps de ses danseurs et danseuses. Il a toujours cherché à donner du sens.

Dans les années 70, il fait un voyage en Inde.
Là, il rencontre un maître yogi et l’interroge sur sa pratique. Ledit maître demande à Béjart pourquoi ces questions. Réponse : la danse ne peut pas être juste un amusement puisque ses débuts étaient liés au sacré.

Le yogi lui demande de quoi se compose les exercices que Béjart pratique et demande une démonstration. Après le premier exercice fait et montré, le maître yogi demande la suite, Béjart enchaîne avec le deuxième exercice d’une barre classique. Le maître ne cesse de lui demander « et après » jusqu’à ce que Béjart ait exécuté tous les exercices. À la fin le yogi regarde Béjart : « Qu’attendez-vous de moi ? De mon savoir ? Vous avez tout ce qu’il vous faut ! C’est très bien, c’est très complet ce que vous faites et demandez à vos danseurs. »

 

Nous avons l’art, en Occident comme en Orient, d’aller chercher ailleurs ce que nous avons chez nous.

En soi, et selon moi, la démarche est louable, elle fait preuve d’un désir de s’ouvrir à d’autres perceptions du monde.

Si nous gardons à l’esprit que nous ne voyons le monde qu’à travers nos filtres personnels et culturels , qu’y a-t-il de plus beau, de plus riche que le métissage ?

Et, tant que cela accompagne notre bien-être, notre développement pourquoi nous en priver ?

 

Le conte et le rire

Les idées ci-dessous écrites
n’impliquent que leur auteur.

Le conte est porteur de tant de messages, visibles dès le premier regard ou cachés et qui ne demandent qu’à être éclaircis au fil de la vie !

Le rôle du conte est foncièrement social depuis sa naissance.
C’est par lui que l’humanité a cherché à expliquer le pourquoi des choses.
C’est aussi par lui que des puissants ont voulu maintenir les petits sous leur pouvoir.
C’est encore par le conte que les « petits » se sont joués des puissants, et on appris à leurs enfants, comment jouer de ruses et de courage pour manger à leur faim… Parfois au détriment des puissants, mais c’est de bonne guerre.

Ici, peut-être faut-il entendre le mot conte dans le sens plus général de « récit ».
Dans bien des foyers les récits des expériences des aînés ont aidé les plus jeunes à faire leurs premiers pas dans la vie. Certaines de ces expériences sont devenus des contes.

Un jour, un conteur m’a dit : « Je me demande si nous ne devons pas notre succès à notre capacité à faire rire. »
Voilà qui donne à réfléchir.

En cette période de crise, comme dans toutes celles qu’a connu l’humanité dans la spirale du temps, le public a besoin/envie de rire.

Certes le conte n’a pas pour unique vocation de faire rire. Toutefois il serait peut-être bien que le conteur, la conteuse (en général) se demande si son public n’a pas besoin de recevoir les messages avec une certaine dose de légèreté. Pour ça, il vaudrait mieux que le conteur les envoie avec légèreté.
Si on envoie un sac de plomb notre partenaire de jeu aura du mal à recevoir un sac de plumes !

Que peuvent faire le conte,les conteuses et conteurs à une époque où les problèmes se multiplient et durcissent la vie ?

Bien sûr, le conte doit rester lui-même.
Quant au conteur… Il doit rester lui-même également, ça ne fait pas l’ombre d’un doute. La richesse du conte réside également dans les diversités des univers des raconteurs et raconteuses.

Pourtant, une question pointe le bout de son nez : le conteur, avec sa sensibilité et son univers (qui sont uniques), ne devrait-il pas aussi entendre le besoin de rire de son public, tout en respectant l’essence du conte ?

Sans quoi, le risque serait que le conte perde son auditoire, lequel ne se tournerait plus que vers les « comiques » ou les « fantaisistes ».
Ne serait-ce pas un grand dommage pour le conte ?
L.C.